Pour votre santé, évitez de manger…

“Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé”. Si ce slogan doit encore nous être rappelé régulièrement, c’est en raison de mauvaises habitudes alimentaires qui perdurent. Surconsommer ce que l’on appelle communément la « junk food » ou « nourriture déchet » en fait bien sûr partie. Le 21 juillet dernier était d’ailleurs décrété Journée mondiale de la malbouffe.

Le concept de « junk food » désigne la nourriture riche en mauvaises graisses, en sucre, en sel ou additifs et en même temps pauvre en fibres et autres nutriments dont notre organisme a besoin pour bien fonctionner.

Si chacun sait que la surconsommation de ce type d’aliments entraîne des maladies graves, que ce soit l’obésité, le diabète, de nombreux problèmes cardiovasculaires et divers cancers, un article récent paru sur le site de Futura Sciences résume également l’addiction que génère la « fast food » et ses conséquences sur notre cerveau.

Quelles sont les conséquences de la malbouffe sur notre cerveau ?

La malbouffe entraîne des réactions chimiques diverses au niveau de notre cerveau.

Celui-ci a tendance à créer de nouveaux récepteurs de dopamine, l’hormone du bien-être, que l’on va inconsciemment vouloir combler en mangeant toujours plus de « junk ou fast food » pour atteindre un même niveau de plaisir.

Notre hippocampe quant à lui est enflammé par l’action du sucre. Il n’envoie plus de signal de satiété mais au contraire en permanence des signaux de faim.

Une étude démontrerait également que des adultes ayant bu de grandes quantités de sodas et autres boissons sucrées pendant leur enfance présentent des difficultés à se conformer aux règles.

La malbouffe nuit par ailleurs à la plasticité du cerveau et donc à notre capacité d’apprentissage en diminuant la production de nouveaux neurones.

Enfin, en plus de nous rendre idiots, manger gras et sucré nous rend également tristes et dépressifs.

Alors que faire  ?

Et si nous rejoignions le mouvement de la « Slow Food » ?

Fondé en Italie par Carlo Petrini dans les années 80 en réaction à l’implantation d’un MC Do au cœur de la Rome historique, le mouvement Slow Food fut à ses débuts une réaction de purs gourmets et gourmands contre la malbouffe.

Il est aujourd’hui bien plus que cela puisqu’il milite partout dans le monde en faveur d’une alimentation « bonne, propre et juste ».

En d’autres termes, en plus de promouvoir une alimentation savoureuse et saine, il se bat pour préserver la biodiversité, protéger l’environnement et permettre une rémunération juste aux agriculteurs.

Nutri-Score

Plus concrètement et pratiquement sans doute dans notre supermarché, restons attentifs au label Nutri-Score. Les produits sont notés sur une échelle de 5 niveaux allant de A à E et du vert au rouge, soit du plus favorable à une bonne alimentation sur le plan nutritionnel (classé A) au moins favorable (classé E).

Et si malheureusement un produit n’est pas étiqueté Nutri-Score, notre article à son propos vous renvoie vers les principales applis pour smartphones qui vous permettront, en scannant le code barre d’un produit, d’en savoir plus sur sa qualité et sa composition.

https://www.gmi-mutuelle.fr/nutriscore-mieux-manger-en-un-coup-doeil/