Maladie coeliaque et sensibilité au gluten : pourquoi est-il important de les distinguer?

La maladie coeliaque

La maladie coeliaque, du grec koeliakos désignant la cavité abdominale, résulte d’une réaction immunitaire anormale dans l’intestin grêle lors de la consommation d’aliments contenant du gluten. Elle crée une inflammation et endommage la paroi intestinale. Ce sont plus précisément les villosités intestinales qui sont détruites. Ces villosités permettent l’absorption de la majeure partie des nutriments, des vitamines et des minéraux.

La maladie peut ainsi entraîner des carences alimentaires et générer des symptômes et troubles multiples tels que douleurs abdominales, diarrhées, ballonnements, migraines, irritabilité, eczéma, mais aussi perte de poids, anémie, dépression, épilepsie, infertilité et chez les enfants retard de croissance ou de puberté.

Le seul traitement connu à ce jour contre cette maladie est un régime strict sans gluten qui est à la fois coûteux et contraignant tant le gluten est présent dans notre alimentation. Le gluten est en effet non seulement présent dans tous les produits à base de blé, d’orge et de seigle (pain, pâtisserie, biscuits, pâtes, bières…) mais aussi dans de nombreux aliments où il sert de liant. On peut ainsi trouver du gluten dans des yaourts aux fruits, de la crème glacée, des cubes bouillon, des sauces diverses, des viandes en conserve, saucisses, soupes ou encore dans l’enrobage de certains médicaments ou vitamines.

Le gluten

Le gluten, terme latin qui signifie colle, est la masse protéique élastique et visqueuse qui subsiste après l’extraction de l’amidon des grains de plusieurs céréales, dont le blé, l’orge et le seigle. On trouve par conséquent du gluten dans les pâtes, la bière et dans de très nombreux aliments issus de la boulangerie-pâtisserie auxquels il donne une texture moelleuse. Comme il permet aux ingrédients de bien se lier, il est également utilisé dans de multiples préparations telles que les sauces et plats préparés.

La sensibilité non coeliaque au gluten

La sensibilité non cœliaque au gluten (SNCG) est une pathologie qui présente de nombreux symptômes en commun avec la maladie sans toutefois causer une inflammation et des dommages à la paroi intestinale.

Même s’il reste encore de nombreuses hypothèses et questions sans réponse sur les causes exactes de cette « sensibilité au gluten » trop souvent autodiagnostiquée – d’autres composants du blé pourraient être à l’origine des problèmes rencontrés – cela signifie deux choses importantes.

Premièrement que des conséquences graves pour la santé sont moins à craindre. Et deuxièmement qu’il ne sera peut-être pas obligatoire de suivre le coûteux et contraignant régime sans gluten tout au long de sa vie. Un essai de réintroduction du gluten peut être effectué après un temps d’abstinence observé par le patient.

Comment dès lors distinguer la sensibilité au gluten de la maladie coeliaque ?

Deux étapes sont le plus souvent nécessaires.

La première consiste en est un test sanguin qui permet de détecter le taux de certains anticorps. Leur présence en quantité confirmera que le corps réagit de manière anormale au gluten et que l’on est vraisemblablement en présence de la maladie coeliaque.

On procèdera ensuite à une biopsie, c‘est-à-dire un prélèvement de tissus dans l’intestin grêle. En cas d’intolérance et donc de maladie cœliaque, les villosités de l’intestin auront été totalement ou partiellement détruites par notre système immunitaire.

Si ce n’est pas le cas, et que la diète sans gluten qui s’en suit permet la disparition des symptômes, on sera alors normalement en présence d’une sensibilité non coeliaque au gluten.

En conclusion, pour pouvoir identifier la maladie coeliaque comme étant à l’origine des maux et symptômes ressentis, il ne faut pas entamer un régime sans gluten avant d’avoir effectué un diagnostic approprié. Ce régime fausserait le diagnostic de la biopsie puisqu’il permettrait aux villosités de se régénérer et il pourrait par conséquent être maintenu sans nécessité.

Sources et informations complémentaires

La maladie coeliaque : quelle différence avec la sensibilité au gluten ? – Passeport Santé

Sensibilité au gluten non cœliaque : comment la diagnostiquer et la différencier de la maladie cœliaque ? – ACMC – Association canadienne de la maladie coeliaque

Maladie coeliaque : de l’enfance à l’âge adulte – Association française de Formation Médicale Continue en Hépato-Gastro-Entérologie