Les allergies au pollen ou pollinoses

Ces dernières semaines, la France a connu un temps sec et ensoleillé particulièrement propice à la diffusion de pollens allergènes. Si les risques d’allergies varient en fonction des régions, selon le Haut Conseil de la Santé Publique, il y aurait en France 20 % d’enfants et 30 % d’adultes allergiques. Ces chiffres auraient par ailleurs triplé lors des 30 dernières années, d’après des études du CHU de Vaudois.

Que faut-il savoir en matière d’allergie au pollen ?

Les allergies sont provoquées par 3 types de pollens principaux : les pollens d’arbres, d’herbacées et de graminées. Les périodes d’allergies s’étendent du mois de février au mois de septembre en fonction des différentes essences et des périodes de pollinisation.

Fin de l’hiver, début du printemps, la dissémination des grains de pollen prend son envol. Les grains de quelques microns viennent se déposer sur la peau, les yeux et les muqueuses respiratoires de l’homme. Ils provoquent parmi la population les différents symptômes d’allergies bien connus, le plus souvent bénins mais parfois très invalidants : éternuements, écoulement nasal, larmoiements, démangeaisons, rougeurs mais aussi rhinites plus sévères, conjonctivites, eczéma…

50 % des personnes souffrant d’allergies au pollen peuvent en outre développer des problèmes d’asthme. L’asthme allergique serait la cause de plus des deux tiers des asthmes de l’enfant et d’un tiers des asthmes de l’adulte.

Autre facteur bien connu qui influe sur les allergies au pollen : la pollution atmosphérique. La propagation des grains de pollen peut être accélérée et les muqueuses sont encore plus fragiles lors des périodes de pics de pollution.

Comment distinguer les symptômes d’allergies au pollen de ceux de la Covid-19 ?

Toute comme la grippe ou le rhume, une allergie au pollen peut présenter des symptômes communs avec ceux de la Covid-19, tels que :

  • mal de tête, écoulement nasal, toux, épuisement, difficultés respiratoires et même perte de l’odorat.

Par contre, de façon générale :

  • seule une allergie est susceptible de provoquer des rougeurs aux yeux et/ou démangeaisons dans la bouche ou la gorge ;
  • un mal de gorge, des sueurs froides ou frissons, de la fièvre, des courbatures ou douleurs musculaires sont au nombre des symptômes possibles de la grippe ou de la Covid-19 mais pas d’une allergie au pollen.

Rappelons également que la perte de goût, souvent couplée à la perte de l’odorat, fait partie des manifestations symptomatiques fréquentes de la Covid-19.

Les bons gestes à adopter en cas d’alerte au pollen

Au-delà des actions classiques comme éviter en période de pics polliniques de laisser portes et fenêtres ouvertes ou limiter les activités extérieures comme le sport ou la tonte du gazon, d’autres gestes permettent de limiter l’impact des pollens allergènes. Se rincer les cheveux le soir, avant de dormir, car le pollen s’y dépose très facilement, secouer ou brosser ses vêtements – à l’extérieur – ou encore porter des lunettes de soleil comptent parmi les bons gestes à adopter.

N’hésitez pas non plus à faire un bilan allergologique. Il vous permettra d’obtenir un diagnostic précis et de pouvoir entamer un programme de désensibilisation.
Le site pollens.fr du Réseau National de Surveillance Aérobiologique (R.N.S.A.) vous fournit quant à lui une foule d’informations utiles : un bulletin allergo-pollinique, une carte de France des pollens et vous alerte personnellement en cas de pic pollinique, dans votre département, de l’essence à laquelle vous êtes allergique.

Enfin, il existe diverses applications que vous trouverez sur le web et qui permettent, par exemple, de reconnaître les arbres allergisants dans votre environnement.

En savoir plus

Autres sources